Accueil > Petites histoires > On tue le cochon à la Ferme de la Motte – Une pratique qui se perd: l’abattage du cochon

On tue le cochon à la Ferme de la Motte – Une pratique qui se perd: l’abattage du cochon

Disparues les chaleurs et les mouches, on va rallumer le four.
Une fois venu le mois de novembre, faudra attendre son tour.
L’almanach de Liège le dit: c’est le moment de tuer le cochon.
Soigné à la farine de blé et aux petites patates, il est bien gras.
Il est temps de prévenir l’homme car il est très attendu ;
Des gaillards comme lui, francs et vaillants, on n’en trouve plus.

Le jour venu, tout est prêt ; on a nettoyé la loge.
Les cordes, la paille de froment, le bassin au sang,
Rien ne manque ; les fils où pendre les saucisses au grenier,
La bouteille de goutte en place, on peut commencer.
L’homme est arrivé en sabots, guêtres et casquette de cuir.
Une lampée de genièvre pour se mettre en forme, on attaque

Une corde devant, une autre derrière, on sort la bête.
Elle se fait prier; tous en place, les enfants aux fenêtres.
Un coup de maillet sur le front, le cochon est sur le cul!
L’artisan qui doit entailler la gorge, faut qu’il soit adroit.
Le sang gicle dans le bassin, c’est pour le boudin noir.
Brûlé, gratté, lavé, c’’est plus la peine qu’il se débatte.

Pendu par les pieds au dernier échelon de l’échelle,
Fendu, vidé, coupées les pattes et les oreilles,
Cochon est bien mort. Le boucher doit reprendre haleine.
La deuxième goutte, lui est comme au cheval son avoine.
Pour la découpe, patience, faut que la viande repose.
La bouteille est à moitié: c’est demain qu’ on fera fête.

Ittre, août 2009

L’artiste P. LISART (08/2009)

El tuwâdje du pourcha al Cinse d’El Motte – Ene afere qui s’pierd : el tuwâdje du pourcha

Les tchaleûrs yè les mouches ont passé, on va ralumer ‘l four’
In cou vnu ‘l mwè d’novimbe, i faut bi ratinde ès toûr.
L’armonak dè Lièche èl dit: c’est ‘l moumint d’tuwer ‘l pourcha.
Sougni al farène dè blé yè ptites patakes, il est dèvnu bi cras.
Il est timps d’prév’nu l’ome pask ‘il est foûrt ratindu ;
Des gayârds come li, francs yè vayants, i n’d’a pus nu.

El djou vnu, tout est prèsse ; on a rnètiyi ‘l ran
Les coûrdias, l’èstrin d’froumint, ‘l bassin pou ‘l sang
I n’a ri qui manke ; les fils pou pinde èl saucisse au guèrni,
‘L boutèye dè goute à ‘s place, l’afère pût couminchi.
L’ome est st-arivé à chabots, des guètes, ène barète dè cûr.
Ene lampéye dè jènèfe pou ‘s mète in foûrme, asteûr èl pus dûr

Ene keuwète padvant, ène padière, on soûrt èl bièsse,
Ele sè fét priyi, tèrtou à ‘s place, les èfants aux fèrnièsses
In coup d’mayèt su ‘s front, ‘l pourcha vole su ‘s cu !
Pou l’ome dè mèsti, piki al goûrdje, ç’n’est ni l’afère d’in bossu
El sang brotche dins ‘l bassin, i d’in faut pou les nwèrtès tripes.
Brûlé, scrèpé, èrlavé, c’est pus les pin.nes qu’i s’agripe.

Pindu pa les pîds, au dérni sploton d’l’èskiyèye,
Findu, dèsvudi, coupéyes les pates yè les orèyes,
El pourcha est bi moûrt. El bouchi dwèt rprinde alinne.
El 2ème goute, i d’a dandji come in tchfau dè s’ n-avinne.
Pou ‘l dèscoupe, paciyince, faut qu’èl viyande s’èrpwèsse.
El boutèye dè goute est st-à mitan: c’est pou dmin ‘l fièsse !

Yite, awousse 2009

L’ârtisse P. LISART

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :