Accueil > Petites histoires > Gazette d’un coquin III – Chronique d’un jeune ittrois entre fin 1942 et le début des années 1960

Gazette d’un coquin III – Chronique d’un jeune ittrois entre fin 1942 et le début des années 1960

Au mois d’octobre, toute l’école se rendait à la villa de la Chataigneraie où les plus jeunes se mettaient à genoux sur la premiere marche de l’escalier pour demander la permission d’aller ramasser les chataignes. Madame de Bivort, veuve du vicomte Joly qui s’était tué accidentellement avec son propre fusil en allant chasser, a toujours répondu « oui »!.

Aux premiers bons temps, il fallait se taper les rogations! Quel bagne! On allait à pied jusqu’aux Mourbètches et retour ou bien jusqu’au Quarante Cinq (aujourd’hui quartier de Clabecq en face du Brico) en beuglant:
« Sancta Maria, ora pro nobis, Sanctus Josephus, ora pro nobis! ».
Cent fois qu’il fallait lire le calendrier, une fois à l’endroit, une fois à l’envers; on aurait chanté les tables de multiplication ou bien le Bottin du téléphone sur le même air, ça n’aurait pas été plus mal. On en avait tellement marre qu’à la fin ça devenait:
Sancta Carabouya, priez pour nos pieds, Sanctus Coïtus, priez pour nos pieds! ».
Bah, nos idioties n’empêchaient pas les escourgeons de pousser droits, les betteraves de faire du sucre ou bien les mauvaises herbes de monter en graine. De toute façon, les fermiers, ça se plaint toujours; mais comme chacun sait qu’il fait meilleur à la porte d’un geignard qu’à la porte d’un vantard! B ref, en ce qui me concerne, les rogations ça me paraissait pire que d’aller d’une traite jusqu’à St Jacques de Compostelle: je me serais bien attaché une coquille au cou pour donner le change, au moins ça aurait pu servir pour boire aux fontaines sur la route, et peut-être qu’à voir mon air fatigué, les gens m’auraient donné une dringuelle, de quoi acheter des paquets d’acide citrique ou bien des lacets de réglisse! Les Sanctus avaient quand même un avantage: on arrivait en retard à l’école: toujours ça de gagné!

Quand il n’y avait pas école, c’est à dire les jeudi et samedi après midi, on jouait sur la rue (il passait une voiture tous les quarts d’heure), ou bien nous allions marauder dans la prairie Ballant : à pommes, poires, cerises, prunes ou bien à épinoches dans l’étang. Malheureusement, après dix minutes, Florent, qui n’avait pas les yeux en poche, arrivait en courant sur nous, faisant claquer son fouet, et hurlant:
« Nom des Djus, d’Nom des Djus, d’ Nom des Djus, fichez le camp, bande de vauriens, bande de romanichels, si je vous attrape, je vous pèle les dents, je vous mets la tête entre les oreilles ».
Nous nous envolions, comme des oiseaux après un coup de fusil. Heureusement, Florent était vite essouflé et nous rentrions chez nous, l’air dégagé.

A suivre

Jean-Marie Gervy

Gazete d’in losse III – Cronike d’in djoûne itrwès intrè fin 1942 yè, à pau près, 1960

Au mwès d’ octôbe toute l’èscole daloût à ‘l vila d’èl Chataigneraie ayusquè lès pus djoûnes ès’ mètine à d’gnous su ‘l prèmière marche dè l’èscayé pou dèmander ‘l pèrmission dè daler à chatagnes. Madame de Bivort (veûve du vicomte Joly qui s’avoût tuwé acsidintélmint avu ‘s prope fuzik in dalant à ‘l chasse) a toudi rèspondu « waye »; enfin dji vû dire « oui » naturèlmint! Dè l’ivièr, nos dèvine vudi lès èstuves dès classes, triyi lès cindes in ‘rsakant lès crayas, yè skèter du p’tit bo avu in courbèt in fèjant atincion dè ni prinde nos dwèts padzou.

Aux prèmis bons timps, i faloût fé lès rogâcions! Qué misére ! On daloût à pîd djusqu’à les Moûrbètches yè rvènu ou bi djusqu’au Quarante-chinke, in beulant:
« Sancta Maria, ora pro nobis, Sanctus Josephus, ora pro nobis! ».
Cint cous qu’i faloût lire èl calendriyé, in cou à l’indrwèt, in cou à l ‘invièr; on aroût tchanté lès tâbes dè multiplicâcion ou bi ‘l botin dou tèlèfone su ‘l min.me ér, ça n’aroût ni sti pus mau. On d’avoût télmin spè qu’à ‘l fin ça dèv’noût:
« Sancta Crabouya, ora pro nos pîds, Sanctus Grossèprousses, ora pro nos pîds ».
Bah, c’èst ni nos losstriyes qu’impéchine lès sicorons d’pousser drwèts, lès bètrâbes dè fé dou suke ou bi lès criaus d’monter in grin.ne. Dè toutes façons, lès cinsis, c’èst toudi plindeus; mins come toulmonde sé bi qu’i fé mèyeu à l’uch d’in plindeu qu’à ‘l ciène d’in vanteu…! Brèf, mi, lès rogâcions, ça ‘m chènoût co pus pire què d’daler d’ène trake djusqu’à Sint Jacques dè Compèstèle: d’âroû bi mètu ‘n coquiye à ‘m cou pou fé chènance, au mwins’ ça m’arout chièrvi pou bwére à lès coulètes au long du tch’min, yè putète què lès djins, à vir èm n’ér scran m’arine doné ‘n dringuèye pou mi acater dès paquets sûrs ou bi dès lacèts d’réglisse! Lès Sanctus avine djusse in n’avantâdje toulmin.me: c’èst qu’on rarivoût in rtârd à scole. Toudi ça d’gangni!

Quand i n’avoût ni scole, c’est-st’à-dire èl djeudi yè sèm’di après din.ner, on djeuwoût su ‘l pavéye (i passoût ène auto tous lès kârts d’eûres) ou bi on daloût à ‘l maraude dins ‘l pachi Ballant: à puns,à pwêres, à cèrijes, à prones ou bi à spinokes dins l’ètang. Maleûreûsemint, après après dix minutes, Florent,qui n’a jamé yeu du brin dins sès îs, arivoût in courant à no cu, fèjant pèter ‘s n’èscoréye yè gueûlant:
« Nom dès Djeus d’Nom dès Djeus d’Nom dès Djeus, foutez ‘l camp binde dè vauris, binde dè barakis, si d’vos atrape, d’vas pèler vos dints,d’vas mète vo tièsse intrè vos deus orèyes! ».
Nos autes, on s’incouroût come dès mouchons après in cou d’fuzike. Eureusemint, Florent astoût râde maflé, yè nos rintrine à no mézo in f’zant chènance dè ri.

A sûre

(jmg)

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :